Défiscalisation : quel dispositif pour quelle réduction d’impôt ?

À l’heure actuelle, il existe plusieurs dispositifs pour les contribuables souhaitant diminuer le montant des impôts qui leur sont imposés.

Cependant, il est parfois difficile de trouver l’idéal entre tous ces dispositifs de défiscalisations et de choisir le système qui répond le plus aux attentes et situations financières de chaque contribuable, à savoir, comment payer moins d’impôts?

Le dispositif Pinel, pour un choix élargi dans la réduction d’impôt

Dans son essence, la loi Pinel propose une défiscalisation annuelle très pratique à long terme.

En effet, selon ce dispositif, l’acquisition d’un bien immobilier permet à son propriétaire de bénéficier d’une réduction d’impôt ; dans la seule condition que le bien soit soumis en location durant un certain nombre d’années.

Évidemment, le calcul de la diminution d’impôt prélevée est effectué sur la totalité de la somme investie. À cet effet, un engagement locatif à un délai de 6 ans permet au propriétaire immobilier de bénéficier une réduction d’impôt au taux de 12 %. Cette dernière peut atteindre 18 % pour un investissement immobilier de 9 ans

. En dernière option, l’engagement de location allant à 12 ans est susceptible à un taux de diminution fiscale égal à 21 %. D’après ce qui est prévu par la loi Pinel, le plafonnement pour un investissement immobilier est fixé à 300 000 euros, soit une défiscalisation totale à la somme de 63 000 euros.

Ainsi, le dispositif est un moyen efficace pour la constitution d’un capital issu d’un investissement pérenne, avec une réduction fiscale agréable pour le propriétaire.

La souscription de parts de FCPI et de FIP, pour réduire les impôts autrement

La souscription de parts de fonds Commun de Placement dans l’Innovation (FCPI) ou dans les Fonds d’Investissement de Proximité est un dispositif idéal pour les contribuables qui ne désirent pas s’engager dans des investissements immobiliers.

L’objectif du dispositif est de maintenir l’investissement dans les petites et moyennes entreprises. La souscription en ces fonds permet également de bénéficier d’une réduction d’impôt dans un montant optimal prédéfini. En général, la réduction fiscale est égale à un taux de 18 % de la somme investie.

Quant au plafonnement, il est fixé au montant annuel de 12 000 euros pour les contribuables veufs ou célibataires et de 24 000 euros pour ceux mariés. À cet effet, pour un investissement à ce chiffre plafond, le montant annuel de la somme totale d’impôt réduit est de 2 160 euros.

En contrepartie, l’investisseur doit s’engager à entretenir ses parts dans un délai minimum de 5 ans, à compter de la souscription. Cela n’empêche que, la souscription est toujours un dispositif utile pour accumuler du capital.

La loi Malraux, un dispositif de défiscalisation pertinent

L’investissement en loi Malraux se porte exclusivement sur les opérations de réhabilitation ou de reconstruction d’un bien immobilier situé dans les endroits urbains et sites patrimoniaux différents.

Il permet également de profiter d’une diminution d’impôt sur le revenu des contribuables investisseurs. Dans ce sens, le dispositif Malraux rend possible une réduction d’impôt sur un taux de 22 % à 30 %, suivant la catégorie du bien investi, ainsi que son emplacement.

Pour ce faire, la défiscalisation est fixée sur la somme due à titre de dépenses engendrées par la réhabilitation. Elle ne tient pas compte du plafonnement des niches fiscales.

Comments are closed.